Affaire El Haïcha : Les victimes réclament toujours leurs droits (El Watan)

Publié le par hassi-messaoud.over-blog.com

Même si certains passages n’ont aucune relation avec le sujet, le film documentaire retraçant l’histoire tragique des attaques contre un groupe de femmes à Hassi Messaoud, il y a quatre ans, projeté jeudi dernier à la salle Frantz Fanon de Riadh El Feth, à Alger, a mis en exergue les violences subies par les femmes.

 

Ce film réalisé par l’association féminine Rachda est une sorte de round up sur les événements qui ont précédé et succédé à la descente punitive, organisée par une horde de jeunes, chauffés à blanc par un prêche religieux. Le quartier d’El Haïcha est désormais synonyme de violence et surtout de ségrégation à l’égard des femmes. Le film s’est terminé avec une intervention lourde de sens : « Moins de quatre ans après El Haïcha, un groupe d’étudiantes a été sauvagement agressé à l’arme blanche et aux sabres à la cité universitaire de Annaba. » Une fin qui a suscité un débat dans la salle. Les intervenants ont tous insisté pour trouver les moyens nécessaires d’éviter que « les violences à l’égard des femmes cessent et de pousser les autorités à une réaction à la hauteur de la gravité des faits à l’encontre des auteurs ». Trois des victimes de Hassi Messaoud, présentes à cette rencontre et qui n’ont pu revoir les scènes visionnées, ont pris la parole. « Quatre ans après, nous sommes toujours au point de départ. Nous sommes devenues des SDF errant d’une région à une autre, plus menacées qu’avant. Avec 39 victimes cela aurait été la catastrophe, alors... », a déclaré Rahmouna, qui a tenu à reconnaître que l’aide trouvée auprès de Rachda a été importante pour la poursuite du procès. Pour les participants, il faut à tout prix trouver une solution pour que ces femmes, qui ont quitté la région de Hassi Messaoud après les événements du 13 juillet 2001, puissent « se reconstruire et arracher leur droit à une justice ». Etant donné que le ministère de la Solidarité s’était engagé à aider les victimes à subvenir à leurs besoins, les militantes des droits des femmes se sont entendues pour aller voir, le 13 juillet, quatrième anniversaire de ce tragique événement, le ministre de la Solidarité.

 

Salima Tlemçani

El Watan, 9 juillet 2005

Publié dans Articles 2005

Commenter cet article