Lettre adressée aux centrales syndicales

Publié le par Yann

Monsieur,

 

Le 13 juillet 2001, une centaine de femmes ont été sauvagement agressées, frappées, violées et enterrées vivantes. Une expédition punitive menée par trois cents hommes, encouragés par un imam local, sans autre raison que celle de s'attaquer à des femmes seules, venues des quatre coins du pays pour travailler sur les sites des sociétés étrangères installées au coeur de l'Algérie, à Hassi Messaoud, grande cité pétrolière du Sahara. A l'époque, seuls 29 hommes ont été jugés, et 3 seulement ont purgé leur peine.

 

Neuf ans plus tard, ces exactions recommencent : même lieu, mêmes violences, mêmes types d'agresseurs, même impunité. La police, les autorités sur place, ainsi que le gouvernement, nient la réalité de ces actes inqualifiables qui visent à empêcher les femmes de travailler et à les chasser d'Hassi Messaoud.

 

En Algérie, des associations et organisations se sont réunies pour réagir (voir lettre jointe).

En France, de nombreuses associations ont fait de même et pris des décisions (voir compte-rendu joint)

Entre autres, celles de s'adresser au monde du travail :

 

- Alerter le BIT et les organisations syndicales ;

 

- Rédiger des lettres aux présidents des entreprises internationales établies à Hassi-Messaoud au sujet de la sécurité de leurs employées ;

 

- Défiler le 1er mai sous la bannière "Toutes solidaires avec les travailleuses de Hassi Messaoud".

 

Je me permets donc, au nom de ce Collectif, de vous alerter sur cette situation, de vous demander si vous en avez eu connaissance ;

si vous avez contacté ou pouvez contacter les organisations syndicales algériennes avec lesquelles vous avez des liens pour connaître leur position et leurs actions de solidarité envers ces travailleuses ;

si vous êtes d'accord pour soutenir et relayer nos propositions de soutien en France.

En vous remerciant de votre attention

 

Bien cordialement

 

Nelly Martin - Marche Mondiale des Femmes France

Contacts : marchfem@rezisti.org, 01 44 62 12 04 ; 06 80 69 95 25

Publié dans Lettres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article