Lille - Toutes solidaires avec les Algériennes de Hassi-Messaoud (Nord Eclair)

Publié le par Yann

hassi-messaoud---lille.jpgHier, des militantes associatives ont bravé la pluie pour manifester leur soutien aux femmes algériennes de Hassi-Messaoud, aux portes du consulat d'Algérie. En vain, elles n'ont pas été reçues. Mais c'est le soutien qui compte, disent-elles.

« On le sait : elles comptent sur nous là-bas. Si on lâche, elles lâcheront aussi ».

Ainsi même si elles n'ont pas été reçues hier matin, au consulat d'Algérie, et même si elles n'étaient qu'une poignée de militantes, ces femmes, issues d'associations diverses, tenaient à montrer leur soutien aux femmes algériennes de Hassi-Messaoud. Avec sous les parapluies un panneau brandi : « Halte au massacre ».

« Comme en 2001, dans le sud de l'Algérie, il y a des hordes d'hommes qui se livrent à de véritables pogroms contre des centaines de femmes venues travailler dans la région, où elles se trouvent seules ou avec leurs enfants », explique Anne-Marie Marmier, militante pour les droits des femmes.

« Or, il n'y a pas de poursuites judiciaires. C'est le silence et la misogynie de l'État qui priment ». Alors que, rappelle cette autre militante, « la Constitution algérienne consacre la sécurité des citoyennes et des citoyens. L'Algérie a aussi ratifié la Convention sur l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes, la convention contre la torture et autres peines et traitements cruels ou dégradants ».

« Laissées pour mortes »

Ces militantes rassemblées hier à Lille ont ainsi voulu témoigner et montrer leur soutien. « Il faut que ces victimes soient prises en considération et que l'opinion sache, même si aujourd'hui, on en sait plus grâce au livre. » Celui signé de ces deux Algériennes, Fatiha Maamoura et Rahmouna Salah, qui raconte le lynchage de 2001 (Laissées pour mortes, le lynchage des femmes de Hassi-Messaoud, éd. Max Milo). Car même si on sait, là-bas, les agressions ont repris, rappelle Anne-Marie Marmier.

 

JU.M.
Nord Eclair, 27 mai 2010

Publié dans Articles 2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

djamila 29/05/2010 16:03


je soutiens le combat de ces malheureuses femmes car moi meme j'ai vecu des horeures meme ma soeurs toute, malade et depressive ,mon pere l'a marié de force ,pour un islamiste, et lui, il vit la
belle vie avec une jeune femme a paris, ca c'est un vrai crime, ces femmes la n'ont pas de voix elles sont entrain de mourir a petit feu