Mme Maryvonne Blondin interroge M. le ministre des affaires étrangères et européennes sur la situation dramatique des femmes à Hassi Messaoud, en Algérie

Publié le par Yann

Question écrite n° 13511 de Mme Maryvonne Blondin (Finistère - SOC)

  • publiée dans le JO Sénat du 20/05/2010 - page 1260

Mme Maryvonne Blondin interroge M. le ministre des affaires étrangères et européennes sur la situation dramatique des femmes à Hassi Messaoud, en Algérie.

Si le ministère a, dans de récents communiqués, rappelé son attachement à la défense et la promotion du droit des femmes car elles constituent « l'une des priorités de la diplomatie française en matière de droits de l'Homme », il semble que la cruauté dont les femmes algériennes d'Hassi Messaoud sont victimes ne provoque pas l'intervention des autorités diplomatiques.

Pourtant, dans la nuit du 13 juillet 2001, plus d'une centaine de femmes venues travailler dans les compagnies pétrolières de la ville, sont violées, poignardées, torturées, brûlées, et même enterrées vives. Suite à ce lynchage opéré par près de 500 hommes, incités par le sermon d'un imam appelant à punir ces femmes seules, veuves ou divorcées, les victimes n'ont pas obtenu justice. Seulement une vingtaine d'hommes ont été jugés et n'ont écopé que de peines par contumace, et l'imam continue de prêcher. Pire, la honte s'est abattue sur ces femmes humiliées, qu'on dépeint maintenant comme des « prostituées ». En 2001, ni la France ni la communauté internationale n'ont appelé les pouvoirs publics algériens à prendre des dispositions pour que justice soient rendue à ces femmes, et pour que leur droit à la sécurité, pourtant inscrit dans la Constitution algérienne, soit respecté.

Aujourd'hui les exactions reprennent. Depuis plusieurs jours, des femmes ont été attaquées, violées et menacées de mort par des groupes d'hommes armés.

L'Union européenne a adopté, sous la présidence française en 2008, de nouvelles lignes directrices sur les violences à l'encontre des femmes qui guident l'action du réseau diplomatique de l'Union européenne et des États-membres dans ce domaine. Elle souhaiterait connaître les dispositions qu'il entend prendre pour exhorter le Gouvernement algérien à condamner les violences commises sur les femmes d'Hassi Messaoud, et à assurer leur sécurité et le droit qu'elles ont de travailler et de gagner leur vie.

 

En attente de réponse du Ministère des affaires étrangères et européennes En attente d'une réponse ministérielle

Publié dans Communiqués

Commenter cet article

citoyen 28/05/2010 18:10


m. maryvonne blondin; il faudrait avoir du culot comme vous pour publier cet article. vous oublier que vous meme vous vivez sous la dictature des youpas. question: dans quel pays ou sous quel
gouvernement, une FEMME MINISTRE reprend le travail CINQ (5) JOURS apres avoir accoucher. une autre question: depuis quand la femme française a le droit de voter ? autre question : depuis quand
connaissez vous les droits de l'homme et jusqu'à quand la france a été gouverné par un général EN UNIFORME tenez vous bien. à moins que vous etes très jeunes et que vous ignorez votre histoire.
jusqu'à l'heures actuelle, EN FRANCE, la femme est maltraité quotidiennement. il n'y à qu'à regarder vos chaines BFMTV - F24, ces pleureuses qui sont soumises à des conditions d'esclaves en
s'égosillant à logueur de journée pour lire et répéter les bulletin d'info à un rithme inférnal. elles sont vraiment à plaindre. nétoyer devant vos portes et ensuite regardez un peu plus loin.