Violences contre des femmes à Hassi-Messaoud : manifestation devant l’ambassade d’Algérie à Paris (AFP)

Publié le par Yann

Une centaine de personnes ont manifesté, lundi 10 main, devant l'ambassade d'Algérie à Paris pour protester contre les violences dont ont été victimes des femmes à Hassi Messaoud et réclamer une réaction des autorités algériennes.

 

Partis de gauche et syndicats ont manifesté aux côtés d'associations féministes et de défense des droits de l'Homme. « Nous sommes là parce que des femmes se font agresser à Hassi Messaoud (...). Ces femmes n'ont commis aucun crime si ce n'est le fait d'être femme et de travailler », a réagi la responsable de l'association Pluriel Algérie, Akrouf Sanhadja.

 

Plusieurs femmes ont été agressées en mars et début avril à Hassi Messaoud par des groupes d'inconnus qui, cagoulés et armés, ont "terrorisé" des victimes isolées, les volant et les molestant après être entrés par effraction dans leur logement, ont dénoncé des associations algériennes mi-avril. Ces événements rappellent ceux du 13 juillet 2001 durant lesquels au moins une quarantaine de femmes vivant seules, accusées d'être des prostituées, avaient été violemment agressées dans cette ville pétrolière saharienne, après le prêche virulent d'un imam.

 

« On veut que le gouvernement algérien réagisse », a déclaré Nadia Kaci co-auteur de "Laissées pour mortes", un livre de témoignages qui relate les violences de 2001. Elle regrette qu'il n'y ait "aucune volonté politique de faire en sorte que cela se règle". "Il y a des violations absolument spectaculaires des droits de l'Homme", a estimé la secrétaire générale adjointe de la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH), Sophie Bessis. "L'Etat algérien n'a jamais rien dit, ni en 2001 ni aujourd'hui. (...) Ce silence, cette misogynie de l'Etat, encourage la misogynie de la société dans la mesure où ceux qui commettent ces exactions savent qu'ils le font dans l'impunité la plus totale", a-t-elle dénoncé.

 

AFP, 10 mai 2010

Publié dans Dépêches

Commenter cet article